Bienvenue dans l’ère·T

Dans toute l’histoire de l’humanité, jamais l’activité humaine n’a eu autant d’impact sur notre environnement.

Cette situation s’explique par plusieurs facteurs :
• le nombre croissant d’habitants sur notre planète
• une industrialisation qui ne s’est pas conjuguée avec un comportement responsable, tant dans l’exploitation des ressources que l’impact des activités produites.
• des comportements individuels à plusieurs vitesses (pour schématiser : des pays développés habitués à leur confort et des pays en développement avides de profiter d’un nouveau style de vie ; les deux cas aboutissant au même résultat : pollution et épuisement des ressources)

Les scientifiques les plus pessimistes envisagent la fin de l’espèce humaine en 2050, voire 2040. Oui, dans 20 ans. Ce qui est indiscutable, c’est que nous vivons de façon insouciante dans un monde où les matières premières et les éléments vitaux (eau, air, nourriture) s’épuisent ou deviennent insalubres.

Plutôt que de chercher sur qui jeter la responsabilité de cette situation (les industriels, les particuliers, les politiques, les pays émergeants…), nous devrions mobiliser toutes nos énergies pour agir : rien n’est inéluctable et il n’est pas trop tard pour éviter le pire.
C’est toute l’ambition du projet ère·T.

Le projet ère·T vise à :
informer sur l’état de la planète, de façon factuelle, sans être alarmiste ni culpabilisant. Sans information, il n’y a pas de prise de conscience.
• permettre de se positionner face aux enjeux : que sommes-nous prêts à faire ? Que faisons-nous déjà ? Est-ce que nous voulons sensibiliser notre entourage aux questions environnementales ou non ?
• et enfin, agir ! Arrêtons de penser que nos actions ont l’effet d’une goutte d’eau : en étant des milliards, tout changement est à notre portée.

Nous avons à peu près 10 années pour agir. L’ère·T commence.

Mais pourquoi T ?

T comme Terre. C’est notre maison. Il n’y a pas de plan B, de terre bis.
L’ère·T est une nouvelle époque dans laquelle nos habitudes humaines doivent changer, à tous les niveaux, afin de préserver notre planète et faire en sorte que l’espèce humaine puisse y vivre encore longtemps, dans de bonnes conditions.

T comme Transition. Certains scientifiques affirment que, pour sauver la Terre, il faudrait une révolution. Si l’on se contentait déjà d’une vraie transition, nous ferions déjà un grand pas. La transition implique le changement et, par nature, personne n’y est très favorable… Toutefois, ne vaut-il pas mieux se forcer à changer ses habitudes, volontairement, pendant qu’il en est encore temps, plutôt que d’y être contraint, plus tard, faute de l’avoir fait avant ?

T comme Tempérance. C’est un mot un peu oublié, un peu désuet, et pourtant il pourrait bien être la solution. La tempérance, c’est la sobriété, c’est la réflexion avant l’action, c’est même l’une des quatre vertus cardinales ! La tempérance est représentée, dans le tarot divinatoire, comme l’écoulement serein de la vie. C’est une alternative aux mots que nous employons trop souvent et qui perdent leur sens : consommation responsable, développement durable, « soutenabilité », attitude raisonnée…

T comme Transparence. À l’ère d’Internet, des réseaux sociaux et des lanceurs d’alerte, les informations naissent et se diffusent instantanément dans le monde entier. C’est parfois totalement contre-productif, voire dangereux (fake news), mais si nous utilisons ces moyens pour relayer des situations sanitaires, écologiques, environnementales, ils deviennent une force, un moyen d’action et de pression. Utilisons la transparence pour de vrais enjeux et de vraies causes !

T comme Temps. Notre rapport au temps a profondément changé durant ces 50 dernières années. Les technologies, l’automatisation, Internet, ont tellement bouleversé nos façons de consommer, de vivre, que nous en avons oublié certains repères, certains fondamentaux, comme le temps nécessaire à la réalisation d’un objet dans des conditions décentes, le temps d’acheminement d’un bien pour que son transport soit moins polluant, les saisons et les produits qui y sont liés… Le « tout, tout de suite » est possible, mais il n’est pas compatible avec une démarche responsable sur le long terme. Plusieurs acteurs l’ont compris et créent de nouveaux usages, de nouvelles offres.

T comme Trait d’union. Notre société s’individualise. Le repli sur soi, conséquence des crises économiques, des crises de confiance et de la perte de repères, mène à des situations de tensions dans nos sociétés. Les sociologues décryptent l’enchaînement qui va de l’individualisation (« mes intérêts d’abord ») à la victimisation (« on porte atteinte à mes intérêts »). Étant victime, on recherche un coupable (une classe sociale, un étranger, une élite, les politiques, les journalistes…), ce qui exacerbe les tensions, ouvrant la voie à des solutions extrêmes, aboutissant à des régimes totalitaires. Il est temps de rétablir des traits d’union entre les humains, qui transcendent les classes sociales, les milieux, les nations, les âges…

T comme Témoignages. Ils sont capitaux : témoignages de scientifiques, de chercheurs, de lanceurs d’alertes, mais aussi d’habitants de la planète. Nous relaierons une sélection d’ouvrages, d’articles, susceptibles de nous éclairer.

T comme Température. C’est l’un des enjeux cruciaux des années à venir : le dérèglement climatique et l’élévation de la température globale de la Terre. Agir sur le réchauffement global implique de s’attaquer à un nombre de causes plus vaste qu’on ne le pense.

T comme Talents. Les schémas anciens peuvent-ils nous apporter des solutions face à une situation inédite ? Nous aurons besoin de tous les talents, dans tous les domaines, pour inventer de nouvelles réponses. Et il en existe déjà énormément, à découvrir dans la rubrique ACTION.

T comme Tolérance zéro. Pour être efficace et agir vite, il faut de la clarté et parfois une certaine radicalité. Pouvons-nous encore supporter, au XXIe siècle, alors que nous nous considérons comme civilisés et sensés, la souffrance animale ? Acceptons-nous qu’au nom du profit, de grands groupes polluent sciemment la planète ou épuisent ses ressources, sans se soucier des conséquences ? Peut-on concevoir qu’une femme ne peut avoir les mêmes droits qu’un homme ? Qu’un être humain pourrait avoir moins d’importance qu’un autre ou n’aurait pas droit au bonheur ? Face à ces comportements malheureusement à l’œuvre partout sur la planète, ne faisons pas de compromis. Défendons un monde juste, libre, respectueux et bienveillant.

ère·T est un projet apolitique, non activiste, non-violent et auto-financé pour garantir son indépendance et sa liberté éditoriale.

Abonnez-vous pour recevoir les prochains articles en cliquant sur « Suivre » en bas à droite de l’écran.

À bientôt !

Images : Colin Behrens/pixabay, ja.wikipedia.org.

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s