CLIM

Canicule oblige, le sujet des climatiseurs refait surface, et avec eux leur empreinte écologique. Mais pour la première fois, des chroniqueurs et journalistes revendiquent haut et fort leur droit à la fraîcheur, quitte à polluer sciemment. Mais ont-ils conscience de la portée de leur attitude ?

C’est mauvais pour le climat ? Je m’en fous. (…) Il fera de plus en plus chaud ? Parfait. Tant pis. Tant mieux. Je serai mort. (…) Les discours écologiques ne mènent nulle part ; c’est une impasse de la pensée. Dire que le monde tourne à la catastrophe est un constat. Une fois énoncé, on n’est pas plus avancé. Nous courons à notre perte ? Très certainement. Et après ? Et quitte à mourir, autant que ce soit par des températures clémentes. Les climatiseurs sont l’avenir du genre humain !

Un chroniqueur de Slate

À moins de souffrir d’un problème de santé ou de vivre sous des toits en zinc sans isolation, il faudrait pourtant réfléchir à deux fois avant de faire l’acquisition d’un climatiseur : l’appareil a trois inconvénients majeurs.

• Utilisé durant les jours les plus chauds de l’année, le climatiseur accentue encore cette chaleur, puisqu’il pompe la chaleur de l’habitation pour la rejeter dans l’atmosphère. Les climatiseurs seraient, à eux seuls, responsables de 0,5 à 2 °C d’augmentation de la température dans les villes

• Comme toute machine, sa conception, sa fabrication, son transport, sa consommation énergétique, son recyclage et sa destruction sont un poids supplémentaire pour notre environnement.

• Mais le pire est, bien sûr, les fluides frigorifiques qu’il renferme. Les gaz les plus dangereux pour l’environnement ont été récemment interdits, mais ces machines restent émetteurs de CO2. Et, dans le parc existant, combien de vieux appareils, mal entretenus, laissent fuir des PFC, des CFC, des halo carbures, tous à très grand effet de serre, et dont certains ont une durée de vie de 50 000 ans dans l’atmosphère ?

Quoi qu’il en soit, le nombre de climatiseurs devrait tripler dans les 30 prochaines années, atteignant 5,6 milliards de machines. Pour les faire fonctionner, il faudrait alors autant d’électricité qu’en consomme actuellement la Chine. Et ils émettraient 1 milliard de tonnes de CO2 supplémentaire, soit le volume rejeté pour toute une année par l’Afrique entière.

Quelle alternative ? Outre les mesures de protection contre la chaleur (optimiser son isolation, fermer volets et stores durant la journée, créer des courants d’air…), il existe des solutions de climatisation 100 % naturelles, comme la bio-climatisation ou rafraîchisseur d’air évaporatif (RAE), avec une diminution de la température de 10 à 15 °C en fonction de l’humidité relative et de la température de l’air de base.

Sources : Le Point, Ooreka. Visuel : Creative Commons, Pxhere.

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s