Tout sur les GES

Les GES, c’est le petit nom des Gaz à Effet de Serre…

L’activité humaine a pour conséquence de produire des gaz, qui s’accumulent dans l’atmosphère et créent une sorte de barrière qui empêche la chaleur terrestre de s’échapper vers l’espace : elle reste dans notre atmosphère. Et comme ces gaz laissent pénétrer le rayonnement solaire, il fait de plus en plus chaud, comme dans une serre. C’est pourquoi on appelle ces gaz « les Gaz à Effet de Serre » (les GES).

Quels sont ces GES et d’où proviennent-ils ?

On distingue 4 grandes familles :
• Le dioxyde de carbone, ou gaz carbonique (CO2), issu de la combustion des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) et du bois.
Le protoxyde d’azote, issu des activités agricoles, de l’élevage industriel, de produits chimiques (acide nitrique) et des émissions de voitures. Il est 300 fois plus « réchauffant » que le C02.
Le méthane, issu de l’élevage, de l’extraction et de la combustion des énergies fossiles. 25 fois plus « réchauffant » que le CO2.
Les gaz fluorés, dont certains ont été interdits (CFC) ou sont en diminution (HFC et PFC). Restent le SF6, utilisé dans les équipements électriques haute tension (très surveillé car 23 000 fois plus « réchauffant » que le CO2) et le NF3, utilisé pour la fabrication des écrans plats, écrans tactiles, panneaux solaires, dont les émissions augmentent de 11 % par an. Il agit 17 000 fois plus que le C02.

Merci à Fred Vargas d’avoir réalisé ce travail de fourmi, synthétisé ici, dans son ouvrage L’Humanité en péril.

Durée de séjour des GES dans l’atmosphère

La vapeur d’eau (c’est un GES !) ne met que quelques jours à se dissiper. En revanche, la durée de séjour des autres GES (c’est-à-dire le temps nécessaire non pas à leur disparition, mais pour que leur concentration diminue de moitié) va de 12 ans pour le méthane, à 100 ans pour le fameux C02, 3 200 ans pour le SF6 et même 50 000 ans pour le tétrafluorométhane ou CF4 (un autre de ces gaz fluorés). De plus, comme le précise Fred Vargas, ces gaz ne disparaissent pas : ils s’intègrent à d’autres milieux (océans, sol, végétaux).

Évolution de la concentration de CO2 dans l’atmosphère

Elle est constante depuis 1960.

Le taux de CO2 en ppm (parties par millions, soit nombre de molécules par millions de molécules d’air) devrait atteindre 855 à 1 130 en 2100.

Pays les plus émetteurs de GES

Le consortium scientifique Global Carbon Project (GCP) a évalué la production globale mondiale 2017 à 41 milliards de tonnes. Les premiers contributeurs sont :
• La Chine (10,2 milliards de tonnes), soit le quart des émissions
• Les États-Unis (5,3)
• L’Europe (3,5)
• L’Inde (2,4)
• La Russie (1,6)
• Le Japon (1,2)
Individuellement, la France se classe en 19e position.

Les données de 2014, en pourcentages :

Quels secteurs émettent le plus de GES ? 

Il faut distinguer le monde et la France.

Dans le monde (en 2018, source : GIEC), il s’agit :
1. De l’industrie (32 %)
2. De l’élevage, agriculture, déforestation (25 %)
3. Du bâtiment (construction, entretien et chauffage) (18,5 %)
4. Du transport (14 %)
5. Des autres énergies (9,6 %)

Pour la France (en 2011), il s’agit :
1. Des transports (26 %) parmi lesquels 91 % de transport routier
2. De l’agriculture (21 %)
3. De l’industrie (20 %)
4. De l’habitat (19 %)
5. Divers (4 %)

Voilà, vous savez (presque) tout sur les GES ! Vous pouvez respirer.

Visuel : freestockphotos.biz/CC-Domaine public. Sources : wikipedia, Planetoscope, La Croix, US Environmental Protection Agency, L’humanité en péril de Fred Vargas.

8 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s