Faut-il ratifier le Ceta ?

À partir d’aujourd’hui, 9 juillet 2019, débute la discussion et le vote visant à ratifier le Ceta (Comprehensive Economic and Trade Agreement), un accord économique et commercial global liant le Canada et l’Union Européenne, adopté le 21 septembre 2017.

Les partisans de cet accord y voient des avantages en termes commerciaux (+ 25 % d’échanges de biens et de services entre les deux parties), de droits d’auteur, d’harmonisation des normes, de reconnaissances de qualifications et diplômes…

Mais Nicolas Hulot met en garde : selon lui, le Ceta favoriserait le moins-disant environnemental, sanitaire et social et laisserait la porte ouverte à des activités, industries et aliments produits selon des méthodes qui ne sont pas tolérées au sein de l’Union Européenne.
Quelques exemples :
• Le Canada utilise 46 molécules de pesticides et d’herbicides interdites en Europe
• Les élevages utilisent des farines animales et des antibiotiques avec activateurs de croissance, interdites en Europe
• Le bœuf est principalement nourri au maïs OGM, interdit en Europe
• Le Canada procède à l’extraction du gaz de schiste et du pétrole issu des sables bitumineux (+48 % d’émissions de GES), et nous avons déjà importé 63 % d’énergies fossiles provenant du Canada en plus en un an !

Nicolas Hulot appelle donc le parlement à rejeter le Ceta sous sa forme actuelle.

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s