Encore (au moins) 16 ans de nucléaire

L’Assemblée a décidé, fin juin 2019, de reporter de dix ans la « sortie » du nucléaire, ou plutôt la réduction de sa part à 50 % dans la production d’électricité. 

Comment imaginer qu’il faille 16 ans pour baisser la part du nucléaire de 20 % (70 % actuellement, objectif de 50 % en 2035) ? Cela s’explique par plusieurs facteurs.

– un retard considérable pris dans le déploiement des énergies renouvelables
– une tradition française du nucléaire
– un secteur économique à part entière (125 000 emplois directs, 410 000 au total), avec le défi de former ces personnels pour une transition vers des énergies vertes
– probablement un travail de lobbying efficace

Avantages et inconvénients du nucléaire :

Les +
• Une énergie au coût compétitif
• Peu de rejets de CO2 (12 g par kW/h au lieu de 820 g pour une centrale à charbon). Mais cette mesure ne prend pas en compte l’ensemble du cycle (extraction, transports…)
• Une énergie disponible à la demande (contrairement au solaire ou à l’éolien)

Les –
• Dangers de fuites ou d’explosions
• Un parc vieillissant, qui nécessitera un investissement de 800 millions d’euros par centrale pour prolonger leur durée de vie.
• Un problème de gestion des déchets radioactifs : 1,6 million de m3 dont on ne sait quoi faire.
• Donne l’image d’une énergie illimité et n’incite pas à la sobriété

L’Allemagne y arrive…

L’Allemagne, de son côté, a décidé de sortir du nucléaire dans 3 ans, en 2022. Pour ce faire, elle continue certes à exploiter des centrales à charbon (sans augmenter leur part), mais elle développe massivement les énergies renouvelables (25 milliards d’euros par an). Elle a également annoncé arrêter le charbon en 2038.

Comme on peut le voir, il ne semble pas simple, en France, de sortir du nucléaire. Cela nécessite :
– une volonté politique et un financement
– une stratégie globale de formation et de reclassement, des personnels
– des progrès à faire dans le stockage de l’énergie (c’est actuellement le point faible des énergies renouvelables)

Pourtant, la croissance verte aurait de nombreux atouts :
– création de 220 000 à 700 000 emplois selon les diverses sources d’experts
– impact positif sur l’environnement
– sécurité

ON FAIT QUOI ?

• On encourage les énergies vertes, par exemple en choisissant un fournisseur d’électricité « 100 % électricité verte » et, pour certains, locale. En choisissant bien votre fournisseur, vous pourriez même payer moins cher votre électricité. Quand écologie rime avec économies, pourquoi hésiter ?

Visuel : pixabay

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s