Dépassement atteint

C’est aujourd’hui, lundi 29 juillet, que nous avons fini d’épuiser les ressources naturelles de la Terre disponibles pour l’année et pouvant se régénérer. À partir d’aujourd’hui, nous puisons donc de façon irréversible dans des réserves non renouvelables : c’est le « jour du dépassement ».

Un jour du dépassement de plus en plus précoce

En 20 ans, cette date s’est avancée de 3 mois : en 1970, la date du jour du dépassement était fixée au 31 décembre (ce qui signifie que les besoins humains étaient contentés par les ressources de la planète : nous pouvions vivre avec « une Terre » sans l’endommager). Dès 1973, cette date passe au 29 novembre, grappillant 1 précieux mois. Le seuil de 2 mois « à crédit » est atteint en 1979. Celui des 3 mois, en 1997 et celui des 4 mois en 2004.
On estime donc aujourd’hui qu’il faudrait l’équivalent de 1,75 planète Terre pour couvrir nos besoins. C’est ce « 0,75 » de trop qui est à l’origine des déforestations, érosion des sols et perte de la biodiversité.

Le jour du dépassement était au 31 décembre en 1970 (situation normale).

Un jour qui varie selon les pays…

Le « jour du dépassement » fixé au 29 juillet concerne l’humanité dans son ensemble. Mais bien entendu, plus les pays sont « développés », plus ils sont gourmands en ressources et plus ce jour arrive tôt dans le calendrier. Pour preuve : au niveau de l’Europe, le jour de dépassement a été fixé au 10 mai. Au niveau de la France, il s’agit du 4 (ou 5 selon les sources) mai.

Une autre façon de se rendre compte de l’avidité de nos activités est de calculer si chaque pays suffit à la consommation en ressources de ses habitants ou s’il faudrait, pour chaque nation, 1,5 pays, ou 2, ou plus… À ce « jeu » :
nous aurions besoin de 2 France en France (à jeu presqu’égal avec les États-Unis, qui devraient avoir 2,2 pays)
– il faudrait presque 4 pays aux Chinois (3,8 exactement)
– le pire score est celui du Japon : il leur faudrait 7,7 pays

Enfin, un dernier ordre de grandeur : si le monde entier vivait comme un Français, un Chinois, un Américain ou un Indien, de combien de Terres aurait-on besoin pour couvrir tous les besoins de l’humanité ? La réponse en image, avec les États-Unis en « tête » (il faudrait alors 5 Terres), le meilleur élève du classement étant l’Inde : si tout le monde vivait comme eux, la planète pourrait subvenir aux besoins du monde entier, sans puiser dans ses stocks et en ayant même une marge d’avance.

Si tout le monde vivait comme les Français, il ne faudrait pas 1,75 mais 2,7 Terres pour couvrir tous nos besoins en ressources naturelles.

ON FAIT QUOI ?

Ces calculs (dont les paramètres sont régulièrement affinés, mais qui restent critiqués par certains experts) sont une prise de conscience supplémentaire que notre activité (industrielle, mais aussi domestique) pèse de plus en plus lourd sur notre planète.

Changer nos comportements est nécessaire et urgent, avec notamment plus de Tempérance (l’un des « T » de Ère T…) dans tout ce que nous entreprenons, à tout niveau, à toute échelle. C’est pourquoi, à la rentrée, en plus des articles d’information, nous vous proposerons plusieurs nouveautés pour aller dans ce sens…

N’oublions pas : la situation n’est pas irréversible !

« Si nous parvenons à retarder le Jour du dépassement de 5 jours par an, l’humanité pourrait de nouveau se « contenter » d’une seule planète avant l’année 2050« 
Communiqué Global Footprint Network

Sources : Global Footprint Network, Science & Avenir, Wikipedia. Visuel : pixabay

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s