Tout comprendre sur « l’effondrement »

Notre civilisation n’est malheureusement pas la première à être en « fin de course » : avant la nôtre, de prestigieuses sociétés ont connu leur effondrement. L’approche scientifique permet de mieux comprendre notre situation grâce à l’étude des civilisations perdues et tente de déceler quels signaux doivent servir de garde-fou.

Une affaire de courbes

En 1970, à la demande du Club de Rome (un groupe de réflexion international), des chercheurs du MIT planchent sur un modèle capable de « prédire » l’évolution du monde. Pour cela, ils sélectionnent 6 paramètres principaux (population, production industrielle, production de services, nourriture, niveau de pollution et ressources non renouvelables), entrent les données réelles de 1970 et créent plusieurs scénarios (selon que l’activité humaine est plus ou moins sobre, par exemple). 
Ces recherches aboutissent à un rapport, présenté en 1972 : « Les limites à la croissance », également appelé « Rapport Meadows », du nom de deux des co-auteurs, Donella et Dennis Meadows. L’enseignement principal de l’étude est de mettre en rapport des dynamiques fortes (démographie, croissance économique) et des ressources aux stocks limités. On comprend donc que, tant que les ressources sont là, les courbes augmentent, puis elles connaissent un pic, puis elles s’effondrent. 
Le scénario le plus proche de la réalité telle qu’elle est observée depuis 1972 prévoit cet effondrement en 2030. Depuis, les scientifiques ont affiné les données et estiment qu’il interviendrait plutôt en 2080. Ils ajoutent que dès que le nombre de terriens ayant un mode de vie non-soutenable (autrement dit, les habitants des pays développés) dépassera 20 %, l’équilibre de la planète serait irréversiblement mis en danger.

Source : Adrastia

La conclusion du rapport Meadows

Le rapport Meadows souligne la nécessité de mettre fin à la croissance afin de préserver le système mondial d’un effondrement et de stabiliser à la fois l’activité économique et la croissance démographique. Selon les auteurs, plus la prise de décision sera tardive, plus elle deviendra difficile à mettre en place.
Sur le plan démographique, les auteurs prônent des mesures telles que la limitation de deux enfants par couple. Sur le plan économique, ils évoquent des taxes de l’industrie, afin d’en stopper la croissance et réorienter les ressources ainsi prélevées vers l’agriculture, les services et surtout la lutte contre la pollution.
Pour que cette économie sans croissance puisse être acceptée, les auteurs proposent de répartir les richesses afin de garantir la satisfaction des besoins humains principaux. L’objectif est donc « un affranchissement de la faim et du dénuement qui reste, aujourd’hui encore, le privilège de si peu d’hommes sur la terre » ». (Wikipedia)

Des cycles d’apparitions et de disparitions de civilisations

Une nouvelle science vise à comprendre comment des sociétés se sont formées et ce qui a provoqué leur déclin : Mayas, habitants de l’île de Pâques ou d’Angkor, Mésopotamiens, Romains… C’est grâce à la puissance de calcul des ordinateurs modernes et à l’intelligence artificielle que toutes les données, dans leur extrême complexité, peuvent être prises en compte et que des modèles mathématiques peuvent être mis au point. 
Le but est bien évidemment de déterminer les causes de l’effondrement d’une civilisation, pour mieux comprendre ce qui nous attend. L’autre objectif est de déterminer les « points de bascule » : à quel moment d’épuisement d’une ressource, par exemple, il n’est plus possible de revenir en arrière, ou à quel moment une pratique, par son développement, met en danger la population. Dans le cas des Mayas, on a pu déterminer que le recours à l’agriculture intensive a épuisé les sols, puis entraîné un crash de la population.
Dernier objectif : détecter les signes avant-coureurs d’une « transition majeure » (le fameux effondrement). Un groupe de mathématiciens et d’économistes britanniques a proposé, en ce sens, de concept de « points d’interventions sensibles ». 

Sources : Science & Vie, Adrastia, wikipedia.

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s