Fleurs éthiques

On se doute bien que la rose de la Saint Valentin n’a pas poussé en France… Mais sait-on que plus de 80 % des fleurs sont importées et, pour la plupart, contiennent des pesticides ? Une nouvelle pratique consiste à proposer des fleurs locales, de saison et « propres » : le slow flower.

Slow Flower : du bon sens

Parce qu’il serait dommage d’embellir son intérieur en saccageant la planète, le Slow Flower vise un impact environnemental minimal. Au lieu d’importer des fleurs en provenance des Pays-Bas, qui eux-mêmes s’approvisionnent au Kenya, en Ethiopie et en Amérique du Sud, les « Slow-Fleuristes » proposent des fleurs cultivées sur place et dans le respect des saisons. Car il y a aussi des saisons pour les fleurs !

Pourquoi le commerce des fleurs pollue-t-il ?

Car il consomme de l’énergie (chauffage et éclairage des serres), émet des GES à cause des transports (la culture d’une seule rose équivaut à un trajet de 10 km de voiture en termes de rejets de CO2) et utilise des pesticides (dont certains sont interdits en Europe) dangereux pour les abeilles.

Des collectifs et labels « Slow Flower »

On peut reconnaître les fleurs cultivées en « slow flower » grâce notamment à deux labels : « Collectif de la Fleur Française » et « Fleur d’Ici ».

Sources : Le Monde (plan B), France Agrimer. Visuel : pexels

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s