Ces marques qui « investissent » dans l’écologie…

Elles ont le plus souvent une image sociale et/ou environnementale discutable, voire déplorable ! Que ce soit pour redorer leur blason, séduire de nouveaux clients ou s’engager dans une démarche sincère, certaines marques empruntent la voie de l’écologie. Que faut-il en penser ?

Amazon et son « fonds pour la Terre » de 10 milliards

Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, annonce la création d’un fonds « pour protéger la Terre » en finançant des scientifiques, des militants, des ONG, avec « pour commencer », 10 milliards de dollars. Amazon, par son activité de plateforme de livraison d’objets et de stockage de données (cloud), émettrait environ 44,4 millions de tonnes de CO2 (soit l’équivalent de 10 % de toutes les émissions annuelles en France).

Entreprises vertueuses

Selon l’ONG CDP, certains grands groupes redoublent d’efforts pour lutter contre le changement climatique et opérer la plus grande transparence dans leurs pratiques. Et étonnamment, les entreprises qui figurent parmi les plus performantes au monde dans ces domaines sont Danone, L’Oréal et Orange. Dans la « liste A » des 129 entreprises les plus vertueuses, on trouve également : Saint-Gobain, JCDecaux, EDF, Schneider Electric, Pernod Ricard, Mercialys, Air Liquide, Kering, Sopra Steria, ENGIE, Gecina, Capgemini,
Carrefour, Unibail-Rodamco-Westfield, REXEL FRANCE, Vallourec, Atos, Groupe PSA et SUEZ. 

Greenwashing ? Wokewashing ?

Ces deux concepts traduisent à peu près la même idée : une entreprise pollueuse tente de s’acheter une image écologique à grands renforts de communication ou d’investissements. Autrement dit : des paroles, mais pas d’actes.
Notons que les consommateurs ne sont pas dupes : 60 % des Français estiment désormais que « trop de marques utilisent désormais des enjeux de société comme leviers marketing pour vendre leurs produits » et ils sont seulement 36 % à faire confiance aux entreprises lorsque celles-ci mettent en avant leurs engagements sociétaux (source : Trust Barometer 2019, publié par le groupe Edelman).

Toutefois, quelles que soient les motivations de ces entreprises, certains faits plaident quand même en leur faveur : 10 milliards de dollars, c’est une somme bien réelle. L’idéal serait qu’en parallèle, l’activité de ces géants respecte plus l’environnement…

Sources : Le Télégramme, Edelman, CDP, Business Insider.

yannickgaillard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s